1 septembre 2015

Newsletter #32 - Cuenca à Quito.

Clic photo pour voir album
Nous voilà finalement à Quito, 45 km au nord du volcan Cotopaxi qui fait encore des siennes, crachant sans relâche une énorme colonne de cendres. Les Quitenos semblent plus ou moins inquiets, mais ce n’est pas le cas des habitants des petites villes au pied du volcan, comme à Latacunga où nous avons passé une nuit. Les gens se préparent au pire et plusieurs disent mal dormir ces temps-ci…On peut comprendre aisément, car la ville a déjà été complètement détruite par des éruptions précédentes. Nous ne nous y attarderons pas trop, même si l’hospitalité de Javier et Rosa, nos hôtes Warmshower a été excellente.

Clic image to see album
Voilà ce qui nous console de toutes les difficultés que nous avons affronté en Équateur: l’accueil exceptionnel des gens! En effet, le climat capricieux du pays s’est acharné à nous en faire baver sur les pentes raides de la Panaméricaine. On ne cesse de nous répéter que cela est dû aux changements climatiques, et que cette année, le phénomème El Nino est plus fort que jamais, provoquant un ‘été’ exceptionnellement pluvieux. Pas de chance pour nous!  

De plus, l’éruption du volcan Cotopaxi le 14 août dernier, est venu troubler nos plans.  Pas question de visiter le parc national du Cotopaxi et même la zone vers le Quilotoa pose problème car le vent disperse l’énorme colonne de cendres vers le nord ouest. Nous décidons tout de même de rallier la capitale via la Panaméricaine, en nous tenant informé au jour le jour de la situation.

Clic photo para ver album
Quand nous sommes partis de Cuenca, nous espérions des pentes moins raides mais non, rendons-nous à l’évidence, l’Équateur, c’est un défi pour les plus aguerris des cyclistes! Alors il faut pédaler de toutes nos forces, tout simplement, jour après jour. Si au moins le temps était plus clément mais quasiment tous les jours, nous avons eu droit à des nuages, de la pluie et du vent. Pas besoin de vous dire que le camping était hors de question, si bien que c’est dans des petits hôtels que nous nous sommes arrêtés la plupart du temps. 

Clic photo pour voir album
Nous avons aussi décidé de faire des étapes plus courtes, histoire de nous ménager quelque peu, et à Alausi, carrément bâti dans un creux de montagnes, face à la perspective de grimper un 15 km avec des gradients oscillant entre 8% en 13 %, eh! bien! nous avons opté pour la camionnette taxi pour nous sortir de là! Assez, c’est assez, qu’on s’est dit!

Clic image to see album
À Riobamba, une grosse ville au pied du volcan Chimborazo (éteint, celui-là!), nous avons relaxé dans un petit appartement nous laissant gâter par la charmante proprio, Rosa. Le matin de notre départ, nous avons pu enfin voir le volcan, pour à peine quelques minutes toutefois, car les nuages sont revenus rapidement. C’est donc le seul volcan de l’Avenida del Volcanos que nous aurons vu car tous les autres sont obstinément restés cachés dans leur couverture de nuages le temps de notre passage.

Peu après Ambato, un cycliste nous a rejoint sur la route. David, jeune médecin de Quito, rêve de voyage à vélo et il était tout fier de nous accompagner pour un bout de route jusqu’à Latacunga. Il nous a donné plein d’informations sur la meilleure façon d’entrer et de circuler à Quito à vélo. Nous avons partager l’almuerzo avec lui avant d’aller rejoindre nos hôtes Warmshower.

Clic photo para ver album
À Latacunga, les dernières informations sur le Cotopaxi nous ont convaincu de prendre un taxi afin d’éviter de pédaler dans un nuage de cendres volcaniques sur une cinquantaine de kilomètres. De l’habitacle de la camionnette, nous avions l’impression de traverser une zone de brouillard épais! De plus, tout est recouvert d’une poudre blanche, les arbres, les champs, les maisons. C’est donc de Tambillo que nous remontons sur les vélos. Le temps un peu plus clément nous permet un coup d’oeil impressionnant sur la colonne de cendres qui émerge du Cotopaxi. On pourra même brièvement apercevoir le cône du volcan, maintenant tout noirci, au dessus des nuages.

Clic photo pour voir album
L’entrée à Quito, une gigantesque ville de plus de 2 millions d’habitants, s’effectue somme toute assez bien, grâce aux conseils de notre ami David. Entre autres, il nous a conseillé de prendre les voies partagées avec les autobus, ce qui nous met en relative sécurité la plupart du temps et ça nous permet d’avancer pas mal plus vite que les autos coincées dans les énormes embouteillages. C’est ainsi que nous arrivons en début d’après-midi sur la Plaza Grande au coeur du quartier historique de Quito, classé au Patrimoine mondial de l’humanité. 

Clic image to see album
Nous nous installons au CasaSol, un B&B extraordinairement calme, dans le quartier Mariscal, pour quelques jours, le temps d’explorer cette magnifique ville. En effet, Quito nous impressionne avec ces innombrables bâtiments coloniaux bien restaurés et nous découvrons plein de jolis endroits, même dans la partie plus moderne. De plus, tous les gens que l’on rencontre sont charmants. On dit que le Cotopaxi est le volcan le plus dangereux au monde car une explosion pourrait détruire toute la ville et toucherait plus de 3 millions de personnes. Nous espérons de tout coeur que ce monstre se rendormira…

Clic photo para ver album
Nous regrettons un peu ne pouvoir explorer les parcs nationaux autour de Quito, mais vous comprendrez aussi que nous avons hâte de nous éloigner des menaces volcaniques…quoique nous ne sommes pas à l’abri d’autres surprises de la nature, n’est-ce pas? Il y a encore bien des volcans sur notre itinéraire vers le nord de l’Amérique du Sud et en Amérique Centrale!

À suivre…

Clic photo pour voir album

Clic image to see album


Clic photo para ver album

4 commentaires:

  1. Vos photos de Quito me rappel ma visite de L Équateur en 2014. Je vends mon condo et je déménage a Granby

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Jacques,
      C'est bien joli Quito. Nous avons logé dans le quartier Mariscal et profité des bons restaurants aux alentours! Bonne chance pour la vente de ton condo!

      Supprimer
  2. Hi You Two!! This is Denny Jump finally climbing back on to the CharDenVelomonde! I am so sorry that I have been absent so long - it is wonderful to see that you are both still "battling the forces of resistance" (all of them ha ha) in order to move on- you guys are Truly "The Intrepid Ones! All my love and best wishes to you both - and i will try to be better about following along..Cheers
    dennyjump@gmail.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thank you Denny! Good to hear from you! I really don't have time for Am3, too busy pedalling!! It's been 14 months we have left our home, can't believe it sometimes, how time flies so fast...We keep moving further north now, in the heath of Columbia! Another challenge for us. Hasta luego! Denise

      Supprimer